Les orchidées : l'attraction de El Valle

Visiter El Valle de Antón et ne pas s’arrêter pour contempler une orchidée est impardonnable aux yeux des résidents de ce secteur touristique, où l'on retrouve le plus grand nombre d’espèces d’orchidées protégées dans un centre de préservation administré par les habitants de El Valle et dirigé par un groupe japonais.

Selon Viviana Rodríguez, la coordinatrice de l'Association de producteurs d’orchidées de El Valle et de Cabuya (Aprovaca), l’association a été fondée en 2001 afin de préserver et de sauvegarder les orchidées et est de ce fait une association sans but lucratif.

« Nous nous consacrons à la préservation des espèces d’orchidées endémiques en danger d'extinction, car ces espèces font face à des problèmes tels que la déforestation et la cueillette furtive auxquelles se livrent des personnes qui ne savent pas que ces espèces ne peuvent être cueillies sans un traitement adéquat, sans quoi elles peuvent disparaître, ce qui entraîne l'extinction de l'espèce », a-t-elle ajouté.

« Le centre de préservation est, aujourd'hui, administré par les résidents de El Valle et de Cabuya de Antón qui préservent les orchidées et les transplantent ensuite au Parc national Gaital, une zone protégée où la cueillette de ces espèces est interdite », a-t-elle indiqué.

Selon Crescencio Sánchez, un autre membre de l'association Aprovaca, la cueillette furtive des orchidées a des fins privées ou pour être vendues sur le marché de El Valle à un prix élevé représente un véritable problème, car, en dépit du fait que cette pratique est illégale, les personnes ne possédant pas les connaissances nécessaires à la cueillette de l'orchidée continuent à s’y livrer sans se soucier des conséquences que cela engendre pour chaque espèce. C’est pourquoi il est interdit de vendre les orchidées endémiques de El Valle de Antón et il est uniquement autorisé de vendre les espèces approuvées par les différentes associations.

Selon Mme Rodríguez, ce sont les Japonais qui ont stimulé l'élan de préservation des orchidées qui sont ensuite transplantées au Parc Gaital. Leur objectif est d’atteindre la propagation d'une centaine d'espèces d'orchidée endémique qui seront transplantées dans les bois afin de préserver les espèces.

Au centre de préservation des orchidées, il est possible d'observer des orchidées de toutes tailles, miniatures ou grandes, toutes d'une beauté incomparable. Elles sont en vente pour une vingtaine de dollars pièce.

Au centre, un guide touristique qualifié propose un tour de l’infrastructure aux visiteurs, il décrit les différents types d'orchidées observées et indique quelles espèces sont endémiques ou uniques à El Valle et quelles espèces proviennent d'autres pays, a précisé Mme Rodríguez.

Source : www.diaadia.com.pa