Le Casco Antiguo plus vivant que jamais

C'est ça la mode. Les jeunes et les adultes qui sortent se divertir tous les jours et les week-ends oublient peu à peu le point de rendez-vous sur la Calle Uruguay, ou Zona de la Rumba. Aujourd'hui,on reprend la route du Casco Antiguo.

Elle avait été délaissée il y a quelques années et les touristes de passage ne s'y aventuraient pas souvent. Peu à peu l’animation du Casco s’est éteinte… Mais depuis 2010, le gouvernement du Panama et l'Institut National de la Culture ont investi des millions de dollars pour que le quartier, qui est inscrit au patrimoine de l'humanité de l'UNESCO depuis 1997, retrouve sa vivacité.

La fraîcheur, l'élégance, la classe et la sérénité des rues (avec de nouveaux pavés) ont valu à ce quartier de devenir l’un des cadres les plus prestigieux pour la tenue d'événements tels que le Macrofest 2014, qui s'est déroulé samedi dernier, le Festival international du film de Panama 2014 (du 3 au 9 avril) ainsi que d’être le témoin fidèle de concerts d'artistes panaméens et internationaux renommés.

Selon Marie Claire De Bueno, membre du comité organisateur du Macrofest, préparer un événement comprend de nombreuses choses, il est important que l'art, la créativité et le design soient mis en avant et bien sûr que l'événement se déroule dans un site touristique important afin que les visiteurs se sentent immergés dans une atmosphère culturelle. « Nous avions organisé un circuit d'activités quotidiennes invitant le public à parcourir les rues historiques et les différentes places du Casco Antiguo et à découvrir des interventions artistiques et des œuvres d'art agréables à observer », a-t-elle expliqué.

Environ 35 restaurants, 20 cafés, des discothèques, des galeries d'art, 11 hôtels (simples ou de luxes), et d'autres attractions, ont rendu au Casco Antiguo 98 % des visites des étrangers.

Hôtel prisé et la fièvre des vendredis

Lors d'un tour dans le quartier, il a été constaté que l'American Trade, où se sont tenues certaines des activités du Macrofest 2014, est un des hôtels enregistrant la présence la plus élevée de visiteurs de différentes nationalités. Une situation qui sera répliquée dans peu de temps à l’occasion de l’ouverture de l'IFF Panama. Selon les organisateurs du festival, l'hôtel accueillera un grand nombre de cinéastes d'Amérique centrale qui ne pourront pas résister à se promener dans les rues alentour.

Fiebre, à Villa Agustina, est aussi un site très prisé de ce quartier. L’ambiance y est différente des autres discothèques de la Zona de la Rumba ou à la Calle Uruguay. Le rendez-vous est à 21 h.

lounge Beach

Anolan Eligia Gómez, amoureux des vendredis à Fiebre, ne manque pas une occasion de danser au rythme du « pidín », du reggae et même de la musique électronique.

Cette rumba, de type international, se pratique dans une espèce de maison à appartements. Personne ne fait attention aux autres, comme c'est généralement le cas dans les autres quartiers, précise Gómez.

La chaleur est insupportable, mais on s’y habitue, et en plus, tout le monde est en tenue de plage. Vous pouvez porter ce qui vous plaît.

Source : Panamá América