Indépendance du Panama de l’Espagne

 

Date de l'indépendance du Panama de l'Espagne : le 28 novembre 1821. 

Le mouvement panaméen d'indépendance vis-à-vis de la couronne d’Espagne débuta le 10 novembre 1821 par « le premier cri » d'indépendance à la Villa de Los Santos mené par Rufina Alfaro et Don Segundo Villarreal et fut imité par d'autres villes telles que Natá, Penonomé, Ocú et Parita.

L'armée de la couronne d'Espagne était commandée par le colonel José de Fábrega, un Créole originaire de Veraguas, qui aida les Panaméens, mais il ne fut pas le seul à collaborer, les habitants de l’isthme reçurent également le soutien des sociétés patriotiques et du clergé qui contribua financièrement au mouvement. Le 28 novembre, la mairie convoqua un conseil municipal ouvert et proclama, dans un acte solennel, en présence des autorités militaires, civiles et ecclésiastiques, les liens qui unissaient l'isthme de Panama et l'Espagne rompus. Parmi les personnages illustres, l'on retrouve : José Higinio Durán y Martell, l'Évêque de Panama ; Dr. Carlos de Icaza ; Mariano Arosemena ; Juan de Herrera ; Narciso de Urriola ; José de Alba ; Gregorio Gómez ; Manuel María Ayala ; Antonio Planas ; Juan Pío Victorias ; Antonio Bermejo ; Gaspar Arosemena ; et Casimiro del Bal.

Le 30 novembre 1821, les frégates de guerre Prueba et Venganza arrivaient dans la baie du Panama pour récupérer le reste des troupes espagnoles. Le 4 janvier 1822, les capitaines espagnols José de Villegas et Joaquín de Soroa ainsi que le Général Fábrega (promu général et nommé chef civil et militaire de l'isthme par Simón Bolívar) ont signé le traité de paix entre la monarchie espagnole et les patriotes dans lequel les Espagnols convinrent de ne pas attaquer l'isthme et de retirer leurs troupes et leurs navires des territoires de la nouvelle nation.

Toutefois, le faible de budget, le peu d'armement militaire disponible et le sentiment d'insécurité de devenir une république au service de l'Espagne mirent en péril la poursuite de l'aventure de l'indépendance de l'isthme. Certaines nations proposèrent une union avec certaines des nouvelles nations américaines, dont les voisins de l'union de l'Amérique centrale et la nation du Pérou qui avait été le principal partenaire commercial de l'isthme durant l'époque coloniale.

Cependant, en raison de leur appartenance préalable au vice-royaume de Nouvelle-Grenade et de leur admiration pour le leadership et la vision de Simón Bolívar les patriotes panaméens décidèrent de s'unir volontairement à la Grande Colombie.