Manuel Amador Guerrero

Manuel Amador Guerrero est présenté comme un des leaders de la « nationalité panaméenne » bien qu’il ne soit pas né sur l'isthme. Il est né à Turbaco, près de Carthagène, le 30 juillet 1833 et descendait d'un lignage contradictoire : Manuel Guerrero, son grand-père maternel, était à la tête de l'insurrection des prisonniers espagnols qui, en 1815, durant le siège de Carthagène par Pablo Morilllo, avaient fermé les portes de la muraille de Santo Domingo aux patriotes.

D'autre part, du côté paternel, il était le neveu de Juan de Dios Amador, gouverneur de Carthagène durant le siège de Morillo, et de Martín Amador, exécuté par les Espagnols en 1816.

Manuel Amador est né de l'union de José María Amador et de Mercedes Guerrero y Córdoba. Il étudia la médecine à l'Université de Carthagène et émigra au Panama en 1855, l'année de l’inauguration du chemin de fer transisthmique, un événement qui conféra une prospérité relative à ce département qui devint une étape obligée du transport des personnes et des marchandises durant la période de la « fièvre de l'or ». Amador fut employé comme médecin pour la compagnie de chemin de fer, une entreprise de laquelle sont sortis tous les chefs ayant promu, des années plus tard, la séparation de l'isthme et de la Colombie. Son mariage avec María de la Ossa a lié les familles de l'oligarchie commerciale de l'île.

Jusque dans les années soixante, Amador évoluait sur la scène politique locale parmi les partisans du parti conservateur au sein duquel il a occupé d'importantes fonctions publiques : membre du Congrès de la province de Veraguas ; premier vice-président de l'état souverain du Panama en 1866 ; président du parti en 1867, bien qu'il n'ait pas pu exercer cette fonction ; chef civil et militaire intérimaire en 1886 ; assesseur du gouverneur Víctor Salazar, durant la guerre des Mille Jours ; proposé par Slazar pour être membre du sénat en 1902-1903, une fonction qui fut prise par le vice-président Marroquín.

Son militantisme conservateur et ses liens familiaux peuvent expliquer pourquoi il a joué un rôle clef au moment crucial où l’isthme décida de se séparer de la Colombie.